10 erreurs à ne pas commettre lorsqu’on lance son entrepriseQuelles sont les 10 erreurs à ne pas commettre lorsqu’on lance son entreprise ? Entreprendre est une aventure passionnante, mais cela implique également un changement de mode de vie. Lorsqu’on aspire à créer ou à reprendre une entreprise, l’entrepreneur en devenir ressent une véritable excitation à l’idée de donner vie à sa propre entreprise. La perspective de travailler avec liberté sur un projet auquel il croit, de s’affranchir de la routine salariale et de prendre son envol dans le monde entrepreneurial suscite de plus en plus d’enthousiasme.

Cependant, il est crucial que le futur chef d’entreprise évite de précipiter les choses et prenne les mesures nécessaires pour assurer la solidité et la viabilité de son projet.

Voici quelques erreurs à éviter lors du lancement de son entreprise !

1. Sous-estimer l’importance de l’étude de marché

Lorsque l’on se lance dans la création d’une entreprise, l’une des étapes primordiales consiste à effectuer une étude de marché approfondie. Cette phase permet d’évaluer la viabilité de son projet en examinant la demande potentielle pour le produit ou le service envisagé. De cette analyse découlera la stratégie de l’entreprise, en se basant sur une meilleure compréhension du secteur d’activité qui sera exploré, ainsi que des clients potentiels et de la concurrence existante.

L’objectif principal de l’étude de marché est de répondre à des questions vitales. Citons-les 2 plus importantes.

Premièrement, la demande réelle pour le produit ou le service envisagé : existe-t-il un réel besoin sur le marché ?
Deuxièmement, l’offre concurrentielle : d’autres acteurs proposent-ils déjà un produit ou service similaire ?
En négligeant cette phase préliminaire, les entrepreneurs risquent de manquer des informations essentielles qui pourraient influencer le succès de leur entreprise.

2. Ignorer l’importance du business plan

Après avoir réalisé une étude de marché approfondie, il est essentiel de traduire les résultats en une simulation financière réaliste. L’optimisme excessif dans les prévisions de chiffre d’affaires peut compromettre la véracité de la rentabilité anticipée pour l’entreprise. Lorsque le projet nécessite une présentation à des partenaires ou en vue de solliciter un prêt bancaire, il est impératif de fournir des justifications solides derrière les chiffres avancés.

La rédaction d’un business plan devient alors incontournable. Ce document financier exhaustif doit comprendre un compte de résultat, un plan de financement et une prévision de trésorerie. Ces trois éléments clés seront minutieusement examinés par les bailleurs de fonds afin d’évaluer la viabilité et la rentabilité du projet. Omettre cette étape pourrait compromettre la confiance des partenaires potentiels et l’accès aux financements nécessaires.

Comment faire son business plan ?

3. Sous-estimer l’importance des conseils administratifs et juridiques

Dès les premiers pas de votre entreprise, bien avant d’attirer vos premiers clients, il est impératif de prévoir des investissements financiers. Ces dépenses initiales comprennent la création des statuts juridiques, les frais de greffe, les annonces légales, la mise en place d’un site internet, ainsi que l’acquisition de fournitures nécessaires.

Souvent, les aspects financiers deviennent rapidement une réalité à appréhender, car de nombreuses notions financières requièrent une maîtrise rapide :

La gestion des taux de TVA ;
Le compte de résultat ;
Le bilan ;
Le tableau de trésorerie, entre autres.

Dans la plupart des cas, sollicitez l’accompagnement d’un expert-comptable dès les prémices de la création de votre entreprise. Cette démarche présente plusieurs avantages majeurs : elle vous permet de bénéficier de l’expertise d’un professionnel compétent, de gagner du temps en évitant des tâches fastidieuses et de sécuriser le lancement de votre activité grâce à des conseils précieux. L’intervention d’un expert-comptable dès le départ garantit une gestion financière optimale et éclairée, fondamentale pour le succès et la pérennité de votre entreprise.

4. Sous-estimer l’importance du soutien de son entourage

Négliger le soutien familial lors du lancement d’une entreprise ou ne pas mobiliser son cercle proche (famille, amis) peut compromettre le succès du projet.

C’est pourquoi il est essentiel de partager vos motivations avec vos proches et de leur présenter vos idées. La création d’une entreprise induit inévitablement des changements dans la dynamique familiale. Si vos proches expriment des réserves, il peut être constructif de collaborer avec eux pour retravailler le projet. Cette démarche les impliquera davantage et dissipera leurs inquiétudes. Leur soutien peut s’avérer précieux, tant d’un point de vue matériel que moral. Ignorer cette dimension serait une erreur à éviter à tout prix.

5. Faire un choix inadapté en matière de structure juridique

Naviguer parmi les différentes options telles que micro-entreprise, entreprise individuelle, EIRL, EURL, SARL, SA, SAS, SASU, peut être complexe. Surtout ne vous précipitez-pas lors de ce choix stratégique.

En effet, plusieurs facteurs doivent être pris en compte avant de prendre une décision : le type d’activité, le montant du capital investi, la présence d’associés ou non, le degré de responsabilité envisagé, tout cela avant même la création de votre entreprise.

Si vous éprouvez des incertitudes concernant la forme juridique la plus adaptée à votre projet, notre test en ligne gratuit peut vous aider à clarifier les choses.

Pour une compréhension approfondie des différentes formes juridiques, n’hésitez pas à consulter notre article dédié sur le sujet.

6. Ignorer les possibilités d’aides à la création d’entreprise

Le financement de son entreprise est l’une des préoccupations majeures de tout entrepreneur souhaitant créer ou développer sa société. Différentes étapes s’imposent pour ne rien omettre lors de l’élaboration du projet.

À cet égard, diverses solutions s’offrent au créateur ou repreneur d’entreprise. Selon votre situation (que vous soyez salarié, demandeur d’emploi, travailleur handicapé, etc.) il est judicieux de se renseigner auprès des organismes susceptibles de vous offrir un soutien initial. Les aides peuvent prendre la forme de subventions, de prêts à taux préférentiels ou encore d’aides gouvernementales, à l’instar des dispositifs ACRE ou NACRE mis en place par Pôle emploi. Votre Centre de Formalités des Entreprises (tel que la chambre de commerce ou la chambre des métiers) peut également vous accompagner dans votre recherche d’aides.

Pour de plus amples informations sur les moyens de financer votre entreprise, vous pouvez consulter notre article dédié à ce sujet.

7. Sous-estimer l’importance des statuts et du pacte d’associés

La rédaction des statuts juridiques constitue la première étape cruciale pour conférer une existence légale à votre entreprise. Au-delà de son caractère obligatoire, cette formalité joue un rôle essentiel en anticipant et en organisant le fonctionnement de votre future société. Elle établit l’ensemble des règles qui régissent les relations entre les associés et avec les tiers.

Les enjeux sont multiples, car sur le plan juridique, les statuts seront constamment référencés dès qu’une question surviendra au cours de la vie de l’entreprise.

De plus, la situation se complexifie lorsque la société comporte plusieurs associés. Il est donc fortement recommandé d’envisager la rédaction d’un pacte d’associés supplémentaire pour prévenir les conflits internes susceptibles de perturber le bon fonctionnement de l’entreprise.

Pour une tranquillité d’esprit accrue, envisagez d’adopter le pacte d’associés proposé par Formalizi !

8. Négliger la protection de son concept

Sans sombrer dans la paranoïa, il faut reconnaître que certains projets nécessitent une protection plus rigoureuse que d’autres, afin d’éviter toute exploitation abusive de votre création.

Dans certaines industries, la concurrence et le risque de contrefaçon sont omniprésents, ce qui impose une vigilance accrue quant à la protection de votre idée, de votre concept ou de votre produit, d’autant plus si ceux-ci sont innovants.

L’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) constitue l’instance de référence en matière de propriété industrielle en France. Cet organisme offre la possibilité de protéger une marque ou un brevet.

9. Sous-estimer l’importance du marketing et de la communication

De nombreux nouveaux entrepreneurs minimisent souvent l’importance de la communication. Pourtant, elle joue un rôle essentiel pour une entreprise, en améliorant sa visibilité, en fidélisant la clientèle et en la faisant connaître auprès des futurs clients. Cependant, une communication déficiente peut avoir des conséquences néfastes pour l’entreprise.

L’élément clé est de cibler vos clients en fonction de leurs besoins spécifiques. Plusieurs canaux de communication sont utiles, et l’une des premières étapes à considérer est d’être présent en ligne dès que possible. Les moteurs de recherche et les réseaux sociaux offrent la possibilité de créer gratuitement un compte professionnel pour promouvoir votre entreprise (par exemple, les fiches Google My Business et les pages professionnelles sur Facebook).

Il est judicieux de gérer avec prudence le budget que vous allouez à la communication, tout en évaluant l’impact de vos efforts : quels résultats avez-vous obtenus ? Avez-vous réussi à attirer de nouveaux clients grâce à votre communication ?

10. Sous-estimer l’importance de la prospection

La prospection représente l’un des piliers fondamentaux pour le succès d’une entreprise. Ces actions doivent être initiées dès le lancement officiel de votre activité. Quel que soit votre secteur d’activité, l’acquisition de nouveaux clients est cruciale. De plus, une prospection efficace vous permet de commencer à générer des revenus dès le début de votre entreprise, assurant ainsi une source de revenus stable.

Il est clair que la stratégie commerciale ne doit pas être négligée. Pour mener à bien votre projet, vous devrez vendre vos produits et services, les promouvoir et attirer des clients. Il est recommandé d’établir des stratégies commerciales qui génèrent des retours sur investissement à court, moyen et long terme.

En conclusion sur les 10 erreurs à ne pas commettre lorsqu’on lance son entreprise

La création d’une entreprise représente un véritable défi, et sa réussite repose grandement sur la capacité de l’entrepreneur à bien s’entourer : que ce soit en termes de prestataires, d’associés ou de conseillers.

Si vous recherchez un accompagnement dans le processus de création de votre société, ne tardez plus et contactez dès maintenant l’un de nos conseillers chez Formalizi.

Ils parlent du blog Formalizi

chambre des métiers et de l'artisanat BPI France chambre de commerce et de l'industrie Greffe des tribunaux de commerceLes échos Challenges université de Lyon Euratechonologies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *