création d’entreprise en France en 2020 - 2023La création d’entreprise en France en 2020 – 2023, que s’est-il passé ? Au cours des douze derniers mois, le nombre de nouvelles créations d’entreprises a enregistré une augmentation de 4,5 % par rapport à 2019, qui était déjà une année favorable. Selon les données publiées par l’Insee, pas moins de 848 164 entreprises ont vu le jour en 2020.

Cependant, compte tenu de la situation actuelle, il est légitime de se demander quelles sont les motivations qui ont incité autant de personnes à entreprendre dans une période aussi incertaine. Selon les données de l’Insee, le nombre total de créations d’entreprises pour l’ensemble de l’année 2021 s’est établi à 995 868. En 2022, la France a enregistré un nouveau record en matière de créations d’entreprises, avec un total de 1 071 900 nouvelles entreprises créées.

Alors, quels sont les facteurs qui ont pu susciter un tel engouement pour la création d’entreprise en 2020 – 2023 ? Faisons le point sur ce phénomène.

En fait, la crise économique était prévisible, avec notre pays connaissant une récession massive et une chute du produit intérieur brut (PIB) de 8,3%, selon une estimation de l’Insee.

Cependant, malgré ce contexte, la création d’entreprises s’est révélée très dynamique en 2020. Les Français ont maintenu leur désir d’entreprendre, poursuivant ainsi la tendance amorcée en 2019, année marquée par une forte augmentation des créations d’entreprises.

Même au cours d’une année perturbée par la crise sanitaire, le nombre d’entreprises créées a augmenté de 4 % par rapport à 2019. Cette croissance concerne toutes les régions et toutes les formes d’entreprises, portée en grande partie par les deux tiers des immatriculations en micro-entreprise, un statut à la création facile et rapide.

Créez votre micro-entreprise

2. Les opportunités entrepreneuriales pendant la crise

La crise sanitaire a sans aucun doute perturbé de manière significative nos institutions, mais elle a également poussé de nombreuses personnes à envisager la création de leur propre entreprise au lieu de chercher un emploi salarié. Dans certains cas, la période de confinement a même agi comme un catalyseur ou une opportunité pour ces individus.

Les statistiques révèlent que bon nombre de ces créations d’entreprises se sont traduites par des micro-entreprises, avec une augmentation notable de 33 % en mai et de 64 % en juin 2020. Cependant, au-delà de la simple volonté d’entreprendre, ces créations d’entreprises reflètent une évolution économique déjà en cours depuis plusieurs années, n’ayant fait qu’accélérer ce processus.

Plusieurs facteurs ont contribué à cette vague de création d’entreprises :

1. La nécessité de créer son propre emploi : Dans un contexte où les opportunités d’emploi salarié étaient limitées en raison de la crise, de nombreuses personnes ont choisi de créer leur propre emploi.

2. L’émergence de nouvelles opportunités : La période de confinement a fait naître de nouveaux besoins chez les consommateurs, ce qui a ouvert la porte à de nouvelles opportunités commerciales. Le commerce en ligne, la livraison de services et de repas, la consommation locale, les produits biologiques et les communications à distance sont autant de secteurs qui ont prospéré.

En fait, la crise a donné naissance à de nouveaux marchés et a encouragé l’innovation, contribuant ainsi à stimuler l’entrepreneuriat en France. De plus, la fermeture des frontières et l’accent mis sur la production nationale dans certains secteurs ont contribué à renforcer le tissu économique français et à favoriser l’intégration des nouvelles entreprises sur le marché.

CRÉEZ VOTRE ENTREPRISE DÈS MAINTENANT !

3. Les aides à la création d’entreprise : un soutien pour surmonter la crise

La création d’une entreprise requiert non seulement une idée ou un projet, mais également des ressources financières suffisantes pour couvrir les coûts liés à sa mise en place. Afin d’encourager les jeunes entrepreneurs à se lancer, de nombreuses aides financières sont mises à leur disposition.

La politique gouvernementale actuelle vise clairement à faciliter la création d’entreprises en France. Depuis l’adoption de la loi PACTE le 22 mai 2019, l’État et divers acteurs sont engagés à soutenir les entreprises dans leur démarche de création. Ces mesures ont été considérablement renforcées depuis le déclenchement de la pandémie.

En 2021, on retrouve les aides qui existaient déjà avant la crise sanitaire, ainsi que de nouvelles mesures renforcées pour soutenir les entreprises récemment créées ou déjà établies.

Les aides fiscales :

Plusieurs dispositions visent à accorder des avantages fiscaux aux entreprises nouvellement créées :

– Les crédits d’impôts et les réductions d’impôts, tels que le crédit d’impôt recherche pour les dépenses de recherche et développement, ou le crédit d’impôt pour la formation des dirigeants d’entreprise.
– Les exonérations destinées aux jeunes entreprises innovantes, soumises à certaines conditions définies par le décret du 28 février 2019.
– Les exonérations basées sur la localisation géographique prioritaire en matière d’aménagement, telles que les Zones AFR, ZRR, BER, QPPV, etc.

L’application de ces règles dépendra des conditions propres à chaque régime et sera soumise à leur respect par l’entreprise nouvellement créée.

Les aides sociales :

En plus des avantages fiscaux, des aides sociales sont également disponibles pour les nouvelles entreprises, en fonction de la situation de l’entrepreneur :

– L’aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise (ACRE), qui vise à exonérer les entreprises de cotisations sociales au cours de leur première année d’activité.
– Les demandeurs d’emploi peuvent maintenir l’allocation de retour à l’emploi (ARE) et la prime d’activité, et Pôle emploi offre également une aide à la reprise et à la création d’entreprise (ARCE).
– Les salariés ayant travaillé pendant au moins deux ans dans leur entreprise peuvent bénéficier d’un congé pour créer leur entreprise.

Les aides financières :

En ce qui concerne les aides financières à la création d’entreprise, elles sont proposées par le gouvernement et d’autres organismes tels que la Banque publique d’investissement (Bpifrance). Les jeunes entreprises peuvent ainsi obtenir des fonds grâce à des prêts d’honneur d’Initiative France ou Réseau Entreprendre, des micro-crédits, des dispositifs de garantie d’emprunts, les bourses French Tech et des prêts participatifs d’amorçage.

Cependant, depuis la crise, des aides financières exceptionnelles ont été déployées, notamment le « Prêt Garanti par l’État », le fonds de solidarité, le report des charges sociales, etc. De plus, certaines régions et collectivités proposent des aides exceptionnelles telles que le Chèque Numérique et des aides à la digitalisation.

La disponibilité de ces aides a grandement contribué à soutenir et encourager les entrepreneurs, en particulier en période de crise.

La réponse à vos questions en bref

Quelles opportunités la crise a-t-elle offertes ?

Il semble que la crise sanitaire ait été perçue par de nombreuses personnes comme une opportunité de se lancer dans leurs propres projets. En effet, suite à de nombreuses suppressions d’emplois, de nombreuses personnes se sont tournées vers l’entrepreneuriat pour créer leur propre source de revenus.

Les aides gouvernementales ont-elles joué un rôle dans cet essor de l’entrepreneuriat ?

Oui, sans aucun doute ! En plus des aides déjà mises en place par le gouvernement pour encourager la création d’entreprises, de nombreux autres dispositifs ont permis à de nombreuses personnes de se lancer. Citons les prêts garantis par l’État, les prêts de la BPI, et les réductions de charges sociales.

En conclusion sur la création d’entreprise en France en 2020 – 2023

À en juger par l’engagement actuel du gouvernement, il semble évident que celui-ci est déterminé à maintenir son soutien à la création d’entreprise, dans le but de stimuler l’économie. Par conséquent, il est fort probable que cette tendance perdure.

Si vous envisagez de créer votre propre entreprise et de concrétiser un nouveau projet, il est très probable que ce soit le moment opportun ! N’hésitez pas à prendre contact avec nos experts de chez Formalizi pour faire appel à un professionnel.

Ils parlent du blog Formalizi

chambre des métiers et de l'artisanat BPI France chambre de commerce et de l'industrie Greffe des tribunaux de commerceLes échos Challenges université de Lyon Euratechonologies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *