Portage salarialL’option du portage salarial offre une voie rapide pour la facturation de services et la création d’une activité professionnelle en toute indépendance.

Bien que la micro-entreprise soit souvent considérée comme la méthode la plus simple pour lancer une entreprise, il existe d’autres solutions pour créer et développer un projet en tant qu’entrepreneur indépendant. Le portage salarial attire de plus en plus de personnes qui cherchent à bénéficier de la protection offerte par le statut de salarié, tout en évitant les tracas administratifs et comptables.

Vous souhaitez comprendre en détail le fonctionnement du portage salarial et connaître ses avantages ? Formalizi vous propose une explication complète dans cet article.

1. Le portage salarial : définition

Souvent méconnu, le concept du portage salarial s’ancre dans l’histoire européenne depuis plus de trois décennies. Son principe demeure simple : il s’agit d’une modalité de travail permettant à un individu d’exercer une activité professionnelle indépendante tout en bénéficiant des avantages d’un statut de salarié incluant une protection sociale.

Il représente en quelque sorte un statut intermédiaire entre l’indépendance entrepreneuriale et le salariat, ce qui explique sa popularité parmi les professionnels œuvrant dans les secteurs du conseil et des prestations de services.

En pratique, l’établissement d’une activité au sein d’une société de portage salarial implique invariablement une relation tripartite entre le consultant, une société cliente, et ladite société de portage.

Premièrement, le consultant, également désigné comme salarié « porté », conçoit son offre de services, fixe ses tarifs, et exécute la prestation. Il conclut un contrat de travail avec la société de portage et, en retour de ses missions, perçoit un salaire, une fiche de paie, et bénéficie d’une protection sociale.

Deuxièmement, la société cliente, quant à elle, négocie avec le consultant les modalités de réalisation ainsi que le tarif d’une prestation, et établit un contrat avec la société de portage. Les paiements des missions sont directement effectués à ladite société de portage.

Troisièmement, la société de portage, enfin, assure la gestion de la facturation des clients, le recouvrement des prestations du consultant, et procède au versement de son salaire, en plus des déclarations sociales requises.

A la suite de la loi de modernisation de 2008, le portage salarial a été intégré au Code du Travail, et s’est vu attribuer sa propre convention collective depuis l’année 2017.

2. Quels sont les avantages ?

La principale valeur ajoutée du portage réside dans la possession d’un contrat de travail. En optant pour le portage salarial, l’objectif principal est d’accéder à une protection sociale similaire à celle d’un salarié, garantissant une certaine stabilité et sécurité.

Votre contrat de travail est ainsi assorti de diverses clauses et responsabilités qui vous lient à la société de portage. Cela garantit vos droits sociaux tels que les congés payés, les remboursements de frais professionnels, les avantages de la mutuelle, ainsi que l’accès aux activités du comité d’entreprise, entre autres.

En contrepartie de vos services et en corrélation avec votre chiffre d’affaires, la société de portage émet une fiche de paie mensuelle qui détaille les cotisations salariales et patronales. Ces cotisations assurent votre protection en matière d’assurance maladie, de retraite, de chômage, et autres prestations sociales.

Cet aspect représente l’atout majeur du portage, car aucun autre statut d’entreprise ne garantit les droits au chômage en cas de cessation d’activité.

Cette couverture sociale engendre un coût significatif, équivalant à environ 50 % du chiffre d’affaires, selon le type de prestations. La plupart des sociétés de portage offrent un outil de simulation de salaire sur leur site web, permettant d’estimer le montant des charges sociales.

3. Quelles activités et pour qui ?

Le portage salarial s’avère adapté à une diversité de profils, tels que des étudiants, des cadres, des retraités, et même des salariés désireux de :

– Entamer une reconversion ou un retour à l’emploi ;
– Démarrer une activité en complément de leur travail principal ;
– Augmenter leurs revenus ;
– Tester un service ou un projet.

Essentiellement, cette approche représente une solution idéale pour lancer une activité sans devoir constituer une société. Par ailleurs, l’autonomie et l’élaboration d’une expertise au service d’une clientèle constituent les principes fondamentaux du portage salarial. Ainsi, ce statut spécifique exige la maîtrise de certaines compétences pour devenir un « salarié porté » :

– La capacité à prospecter, à démarcher et à négocier les termes de ses interventions, étant donné que la société de portage n’intervient pas à ce niveau ;
– La possession d’une expertise dans un domaine spécifique de niveau III (équivalent à un Bac +2) ou une expérience significative dans un secteur donné.

En fait, les domaines couverts par le portage salarial englobent les métiers du conseil en indépendance, les professions liées aux technologies de l’information et de l’informatique, les métiers artistiques, ainsi que diverses fonctions relatives à l’enseignement, notamment :

– Webmasters, développeurs web, et informaticiens ;
– Chefs de projet et formateurs ;
– Graphistes et infographistes ;
– Rédacteurs et traducteurs ;
– Consultants et travailleurs indépendants ;
– Formateurs et coachs.

4. Les activités exclues

Certaines contraintes d’accès au portage salarial, car tous les métiers ne sont pas éligibles. Cette restriction découle à la fois de la réglementation en vigueur et des éventuelles exclusions décidées par la société de portage. Ces informations sont généralement stipulées dans les termes et conditions de service de la société en question.

D’un point de vue légal, les exclusions se rapportent aux professions spécifiées par l’article 7231-1 du code du travail. Cela concerne notamment les services à la personne tels que la garde d’enfants, l’assistance aux personnes âgées ou handicapées, ainsi que les services domestiques liés aux tâches ménagères. De même, toutes les professions réglementées relevant d’un ordre professionnel, telles que les avocats, les experts-comptables, les notaires, les médecins, et autres, ne sont pas éligibles au portage salarial.

Créer son entreprise.

Pour conclure sur le portage salarial, définition et avantages

En France, on peut trouver un certain nombre d’entreprises de portage salarial renommées telles que ITG, Webportage et ABC Portage, réputées pour leur sérieux. Chacune de ces entreprises offre des services distincts qu’il convient de comparer attentivement lorsque l’on envisage de se lancer en tant que « porté ».

D’ailleurs, il est nécessaire de garder à l’esprit que le principal inconvénient du portage salarial est la charge financière conséquente qu’il engendre sur votre fiche de paie. En effet, vous êtes responsable à la fois des charges patronales et des charges salariales.

Si vous recherchez un soutien pour la mise en place de votre activité indépendante, ne tardez pas à prendre rendez-vous gratuitement avec l’un de nos conseillers chez Formalizi.

Ils parlent du blog Formalizi

chambre des métiers et de l'artisanat BPI France chambre de commerce et de l'industrie Greffe des tribunaux de commerceLes échos Challenges université de Lyon Euratechonologies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *