Reconversion professionnelle : si je créais mon entreprise ?Reconversion professionnelle : si je créais mon entreprise ? Partir vers l’entrepreneuriat ou chercher à redéfinir sa trajectoire professionnelle soulève nombre de questions. La reconversion professionnelle suscite un vif intérêt, attirant plus de 9 actifs français sur 10. Cependant, pour un professionnel en activité, la transition vers une nouvelle carrière demande une certaine organisation.

Comment franchir le pas de quitter son emploi ? Comment se lancer dans l’entrepreneuriat ? Quelles aides sont disponibles pour réussir sa reconversion professionnelle ? Découvrez toutes ces réponses dans cet article !

1. Se reconvertir professionnellement : de l’idéalisation au projet

Pendant longtemps, le schéma classique de devenir salarié a été prédominant. L’objectif était de poursuivre des études, décrocher un CDI et jouir de revenus stables. Ce contrat à durée indéterminée est considéré comme une garantie pour beaucoup, mais pour certains, une autre voie s’ouvre : la création d’entreprise.

Souvent, c’est la conjoncture du marché du travail qui pousse de nombreuses personnes à se tourner vers l’entrepreneuriat plutôt que de chercher un emploi salarié.

La crise de l’emploi accentuée par la crise sanitaire a poussé de nombreux salariés à reconsidérer leur avenir professionnel et à envisager la création de leur propre entreprise.

Selon Les Echos, près de 850 000 entreprises ont vu le jour l’année dernière en France, soit presque 35 000 de plus qu’en 2019. Les micro-entreprises restent très prisées, surtout dans les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire. Pour en savoir plus : Pourquoi opter pour la création en ligne d’une entreprise en 2021 ?

Effectivement, la création d’entreprises continue de prospérer en France, en particulier grâce à l’émergence de nouveaux marchés tels que le commerce en ligne, les services de livraison, la consommation locale, les produits biologiques et les interactions à distance. Une perspective attrayante pour ceux qui aspirent à lancer leur propre affaire sans être dépendants d’un employeur !

2. Reconversion professionnelle : comment quitter son emploi pour créer son entreprise ?

Si vous songez à quitter votre emploi pour lancer votre propre entreprise en 2021, la démission semble être la voie la plus directe… mais peut-être pas la plus favorable pour créer votre entreprise en toute sérénité.

Il existe plusieurs options pour libérer du temps, sans prendre de risques, tout en lançant une nouvelle activité en parallèle :

  • Le congé pour création d’entreprise

Ce dispositif vous offre la possibilité de mettre en pause temporairement votre contrat de travail afin de vous consacrer à la création de votre entreprise. Son avantage principal réside dans la possibilité de retrouver votre poste à la fin du congé, offrant ainsi une sécurité d’emploi en cas de difficultés dans votre projet.

Pour bénéficier de cette option, vous devrez remplir certaines conditions et soumettre une demande de congé conforme aux procédures auprès de votre employeur.

  • Travailler à temps partiel pour création d’entreprise

Sous certaines conditions, notamment liées à l’ancienneté, vous pouvez solliciter auprès de votre employeur un passage à temps partiel pour vous consacrer à la création de votre entreprise. Si cette demande est acceptée, cet arrangement peut durer jusqu’à un an et peut être renouvelé une fois. Évidemment, votre salaire sera ajusté en fonction du temps de travail effectué.

  • Démissionner pour reconversion professionnelle : les allocations chômage

Dans le cadre de votre réorientation professionnelle, vous pourriez envisager de quitter définitivement votre emploi, notamment pour suivre une formation intensive. Il est essentiel de vous informer sur les droits que vous avez acquis en matière de formation via votre Compte Personnel de Formation (CPF). Vous pouvez utiliser ces droits pour sélectionner une formation auprès d’organismes agréés, vous y inscrire et en financer une partie (selon le montant de vos droits). Ce dispositif est actif depuis le 1er janvier 2015 et permet à tous, salariés, demandeurs d’emploi et jeunes diplômés, de bénéficier d’un compte regroupant diverses options d’accès à la formation continue, y compris des formations en ligne.

Jusqu’à récemment, à moins d’être concerné par un plan de licenciement économique, d’être en fin de contrat à durée déterminée (CDD) ou d’avoir obtenu une rupture conventionnelle, démissionner ne donnait pas droit aux allocations chômage. Cependant, depuis novembre 2019, un nouveau dispositif permet de bénéficier des allocations chômage dans le cadre d’une réorientation professionnelle. Pour cela, certaines conditions doivent être réunies :

  • Être en CDI et avoir travaillé au moins 5 ans de manière continue chez un ou plusieurs employeurs.
  • Avoir un projet de réorientation professionnelle bien préparé et considéré comme réel et sérieux.
  • Solliciter un conseil en évolution professionnelle (CEP) avant de démissionner.
  • Préparer un dossier afin d’obtenir une attestation confirmant le caractère réel et sérieux de votre projet, délivrée par un conseiller CEP.

3. Créer une entreprise et se reconvertir : quelles aides ?

Financer la création d’une entreprise en 2024 est plus accessible que jamais.

Pour obtenir des financements, plusieurs solutions s’offrent aux entrepreneurs. Outre les financements classiques, il existe des moyens moins connus pour accéder à diverses sources de financement.

Tout d’abord, renseignez-vous auprès d’organismes susceptibles de soutenir le démarrage de votre entreprise. Selon votre situation (salarié, demandeur d’emploi ou travailleur handicapé), différentes aides ou subventions peuvent être disponibles.

Les demandeurs d’emploi peuvent bénéficier d’aides spécifiques, détaillées dans notre article dédié.
L’ACRE ou NACRE, offert par Pôle Emploi.
– Les dispositifs de la BPI : le site propose une gamme complète d’offres adaptées à divers projets.
– Des prêts à taux privilégiés.
– Des avantages fiscaux : par exemple, des réductions d’impôt sur le revenu pour les investisseurs dans de jeunes PME, une incitation pour certains à investir dans votre projet.

Découvrez également les solutions de financement pour votre entreprise sur notre article dédié.

Votre Centre de Formalités des Entreprises (Chambre de Commerce, Chambre des Métiers, etc.) peut vous accompagner dans vos démarches pour trouver un financement adapté.

4. Créer une entreprise : combien ça coûte ?

Avant toute chose, il est crucial de choisir une structure d’entreprise adaptée parmi les divers statuts juridiques existants : micro-entreprise, entreprise individuelle, EIRL, EURL, SARL, SA, SAS, SASU, etc. Ce choix stratégique nécessite une réflexion approfondie et ne peut être fait à la légère.

Plusieurs éléments doivent être pris en compte avant de se lancer : la nature de l’activité, le montant du capital investi, la présence ou non d’associés, le niveau de responsabilité souhaité… Toutes ces considérations doivent être étudiées avant de créer votre entreprise.

Pensez à solliciter des conseils avisés. Pour en savoir davantage sur ces différents statuts, consultez nos fiches pratiques.

En fait, le coût de création d’une entreprise dépend principalement du degré d’accompagnement choisi pour mener à bien les diverses démarches administratives et légales.

Voici un récapitulatif des frais à prévoir :

  • Rédaction des statuts : de 0 € à 1500 €
  • Capital social : minimum 1 €
  • Annonce légale : environ 200 €
  • Frais d’immatriculation : entre 40 € et 130 €
  • Registre des bénéficiaires effectifs : en moyenne 21 €

La réponse à vos questions en bref

Qu’est-ce que la reconversion professionnelle ?

La reconversion professionnelle est l’action entreprise pour changer de métier ou de statut professionnel.

Qu’est-ce que le CEP ?

Le Conseil en Évolution Professionnelle (CEP) offre un accompagnement individualisé destiné à toute personne active cherchant à évaluer sa situation professionnelle.

Combien coûte la création d’une entreprise ?

La création d’une entreprise peut représenter un coût variant de 0 € à 1 500 € ou plus, en fonction du statut juridique choisi et du niveau d’accompagnement souhaité.

Pour conclure sur la reconversion professionnelle

En plus des frais obligatoires, des dépenses liées à l’installation et au lancement de votre entreprise seront à anticiper en fonction de l’ampleur de votre projet entrepreneurial : création d’un site internet, dépôt de marque à l’INPI, publicité, etc.

Préparez efficacement votre reconversion professionnelle ! Pour réussir la création de votre entreprise, prenez contact avec nos experts de chez Formalizi pour faire appel à un professionnel.

Ils parlent du blog Formalizi

chambre des métiers et de l'artisanat BPI France chambre de commerce et de l'industrie Greffe des tribunaux de commerceLes échos Challenges université de Lyon Euratechonologies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *